La métaphore de la semaine

Lorsque vous avez un poisson frais et un autre avarié sur l’étal d’un poissonnier, vos yeux – le sens de la vision – ne peuvent rien vous dire sur leur degré de fraîcheur respectif : visuellement, rien ne vous laisse deviner que l’un est comestible et l’autre non. Pour le savoir, vous devez faire appel à un autre sens : l’odorat. Au nez, vous allez tout de suite sentir la différence !

Chaque sens vous apporte des informations différentes sur la réalité, aussi importantes les unes que les autres. Chacun a aussi des correspondances avec une faculté différente.

La vision est liée au mental (vous voyez ce que je veux dire ?).
L’odorat est lié au cœur (« Je ne peux pas le sentir ! »).

Comme la vision, les facultés intellectuelles sont privilégiées dans le monde actuel, au détriment des autres sens et facultés.

Mais n’oubliez pas que, comme l’odorat, le cœur – la dimension affective – nous procure une connaissance indispensable sur les autres et sur le monde, que jamais le mental ne vous fournira.

Développez donc aussi votre flair et votre ressenti !

Bonne journée !

Inspiré d’Olivier Clerc

Fabienne vous rappelle